Une 4 cylindres Bordelaise de 1929

Vous vous en êtes probablement déjà apperçu : Un certain Marc Boniface me procure, depuis la Norvège où il réside, bon nombre de photos figurant sur ce site. Une grande quantité d'entre-elles a permis de faire figurer des documents d'époque sur le sujet "motos françaises" lorsque la marque y était répertoriée, d'autres figurent dans la galerie du même sujet. Enfin, certaines ont permis d'élaborer ou agrémenter d'autres sujets : Carburateurs, suspension, etc ...

Ne croyez surtout pas que je m'en plaigne, mais il n'est pas toujours facile de suivre le rythme et de mettre à jour les sujets au fur et à mesure que l'on reçoit les documents.
Un jourje reçois la photo suivante, avec une mention du genre : Bordelaise 4 cylindres de 1929.

Des 4 cylindres, il en existe déjà pas mal, fussent-elles françaises (Train , Chaise, Motobécane, M.G.C....) Au premier coup d'?il, j'envisage donc de la faire figurer dans la galerie, parmi d'autres.

Quelques temps plus tard, revenant sur les documents afin de les classer et de mettre certains sujets à jour, je regarde cette moto plus attentivement.
Bien sur la culbuterie à l'air libre attire mon attention. Qui n'a, cependant, rien d'exceptionnel. Pas plus que l'échappement "4 en 1", même si, sur une réalisation artisanale, on s'attendrait plutôt à trouver quatre tubes séparés... et s'il ne cachait un arbre de transmission (en vert sur le document ci-dessous).
Il ne peut s'agir de la transmission finale, puisque l'engin possède une chaîne.

En regardant plus près, on voit que cet arbre (vert) aboutit dans une sorte de marmite assez volumineuse (en bleu). A l'arrière de cette marmitte, opposé à l'arbre, on aperçoit ce qui semble bien être un carburateur (en rose). Impression confirmée par le fait qu'une durit d'essence (en rouge) aboutit effectivement à ce carburateur.

L'arbre qui a attiré mon attention en premier lieu entraine donc un COMPRESSEUR (la marmite). Ce qui nous est confirmé par le fait qu'en agrandissant la photo, on distingue un conduit (en orange), sortant de ce compresseur, et se redirigeant de l'autre côté du moteur. Vers l'admission, donc.

Ceci dit, il est certain que cette 4 cylindres bordelaise méconnue n'est pas la première moto à avoir été dotée d'un compresseur puisque, dès 1925, sous le pseudonyme de "Pierre", Monsieur De Font-Réaulx, fondateur de la marque D.F.R., engageait une moto de cette marque dotée d'un compresseur. (Pour en savoir plus : http://motosdfr.free.fr/)
Si vous en savez plus au sujet de cette moto, vous savez où me joindre. Ma reconnaissance sera éternelle... ou presque !

Une piste : D'après P.Thollas, la moto ci-dessus serait une "Ragot Spécial" : D'après P.Thollas, son concepteur, Monsieur Ragot était un négociant bordelais en pièces automobile et moto de 1920 à 1970, qui avait également possédé un atelier de mécanique, dans lequel il a construit une moto (celle qui figure ci-dessus ?) et une voiture de course, qui ont été revendues vers 1980 à un certain Monsieur De Passemar, également originaire de la région bordelaise.

Si vous en savez, plus, n'hésitez pas ...

Le 17/03/02 : L'enquête continue :

Gilles Holtzmer, est auteur du site http://perso.wanadoo.fr/holtzy/ plus particulièrement consacré à la marque Alcyon (entre autres) et plus généralement connu sous le titre de la "Confrérie des Amateurs des Motos Anciennes".
De la Confrérie il a su retenir l'esprit puisqu'il vient de me transmettre des documents et quelques renseignements concernant la marque "Ragot", alors qu'après tout, il aurait tout aussi bien pu garder ces renseignements pour son propre site.
"C'est cet été que j'en ai trouvé un bout", nous dit-il, "chez un collectionneur de la région de Bergerac possédant, entre autres, une voiture Ragot de 1930 (photo) carrosserie alu, moteur 1500 cm3 à compresseur Cozette, 134 cv à 5300tr/mn et 174 km/h. Pas mal pour un prototype de cette date ! "
Derrière la voiture, une caisse et, dessus, un moteur pas banal, le propriétaire annonce que la machine datait de 1920, construite par un (génial) particulier elle atteignait 240 km/h en ligne droite (machine de record?) Le moteur est un 4 cylindres à compresseur de un litre.
"

Je ne sais pas ce que les lecteurs en penseront, mais ce moteur, à mon avis, ressemble pas mal à celui de la moto ci-dessus. Il n'est pas impossible que ce soit le sien. Malheureusement, il en manque le carter inférieur ainsi que, apparemment, l'embiellage et l'ensemble de la partie mobile. Le pot de beurre devait être là pour assurer la lubrification. Apparemment, ça n'a pas été très efficace ;-).
Dommage, on aurait peut-être pu faire renaître la Ragot qui, on en est sur maintenant, n'est pas une légende ni un ....ragot de "bonne-femme".

Ci-dessous, les documents transmis par Gilles Holtzmer : Vous pouvez cliquer sur les documents pour les agrandir (exceptionnellement, figure une voiture, en raison de la filiation avec la moto Ragot) :

Planche de photos d'époque de la moto Ragot La Ragot 3 litres de 1930
Restes du moteur de la moto Ragot Restes du moteur de la moto Ragot

Plus récemment, Gilles Holtzmer m'a fait parvenir les documents ci-dessous (sur lesquels vous pouvez toujours cliquer pour les agrandir), correspondants aux agrandissements de la photo qu'il a pu prendre des photos noir et blanc ci-dessus. Elles étaient sous verre et un insecte s'y était glissé. Raison de sa présence, qui peut paraître incongrue.


Le 29/03/02 : Précisions importantes :

Jean-Yves Fenautrigues, collaborateur de "Moto d'Hier" et auteur de nombreux ouvrages sur la restauration de motos anciennes m'a aimablement transmis les informations complémentaires suivantes : La moto ci-dessus est bien une "Ragot", réalisée par Charles Ragot vers 1928. Elle est équipée d'un moteur 4 cylindres de 64 x 76 mm (soit 985 cm3). Son compresseur est de marque Cozette et sa fourche empruntée à une Henderson.

Cette moto figure en bonne place dans le livre de Claude Reynaud : "Le mythe des 4 cylindres".

 


Sommaire
 
Me joindre